Chasse-au-trésor-littéraire-ng - LE FORUM

11 décembre 2018 : 06h33

Seuls les utilisateurs connectés peuvent contribuer sur ce forum.
Si vous êtes inscrit, vous pouvez vous connecter en utilisant le formulaire ci-après.
Sinon, vous pouvez vous inscrire en sélectionnant le choix Inscription du menu principal.

Chasse-au-trésor-littéraire-ng - LE FORUM

Auteur Sujet: Bild... et Mendelssohn... le prochain coup... consultez-nous!  (Lu 221 fois)

*aCOSwt

  • Administrateur
  • Messages: 391
    • Métaphysique de puissance
Non! Mais vous avez vu? Bild? Un des plus forts tirages quotidiens d'outre-Rhin? Ils ne trouvent plus de mots ?  ???

Pour de la presse écrite... je sais pas vous mais moi, pareille indigence... les bras m'en tombent.
(Vous me direz que pour les footballers... c'est pas bien pénalisant.)  :-\

Pire! Et preuve en est ci-contre, ils n'avaient déjà plus de mots il y a quatre ans!
Et en quatre ans, (un millier de chasses au trésor littéraire) il n'ont pas réussi à en trouver ?  ::)
Près de 20.000 nous qu'on en trouve des mots en quatre ans!
Bon et en plus, si ça se trouve, la pénurie date de bien avant encore puisque Mendelssohn n'en avait déjà plus pour ses lieders.  ::)

Oui! Vraiment... ils auraient pu nous en demander! Pas chiches... on leur aurait évité le krach aux Teutons... je sais pas moi, en vrac :

pelle, râteau, tôle, déconfiture, foirade, plantage, plongeon, faillite, naufrage, fessée, bérézina... et je vous en laisse à suggérer... et pas les moindres... ;)

C'est qu'il est riche notre vocabulaire de l'échec en tous genres. Considérablement plus riche que le lexique du succès.
Gérard Genette l'explique par le fait que «...depuis Homère, la défaite (La chute de Troie, le massacre de Roncevaux, la retraite de Russie...) est plus sympathique, paradoxalement plus glorieuse, et en tout cas plus poiétogénique ou pour le moins logogénique que la victoire.»   :-X

Ha bha! Les Allemands n'ont plus de mots mais... moi, avec cette histoire, je viens de trouver un extrait pour une future chasse.
Vous vous souviendrez!  8)
Non sunt multiplicanda entia sine necessitate!

*vendémiaire

  • Rédacteur
  • Messages: 169
            Vivement que ta future chasse paraisse, cher aCOSwt, pour que nous puissions nous délecter de mots succulents et divers, plus riches que le vocabulaire footbalistique!

        Et ce n'est pas fini, car demain après-midi, une partie de l'Hexagone va cesser de respirer en regardant le match France vs Argentine! Et quelle qu'en soit l'issue - je me garde bien, évidemment, vu mon peu de culture dans ce domaine, de tout pronostic! - je ne pense pas que le champ lexical sera particulièrement varié, ni surtout le niveau du langage très soutenu!

              Personnellement cette perspective ne va pas m'empêcher de dormir et je te souhaite une bonne nuit... sans penalties!

             

*vendémiaire

  • Rédacteur
  • Messages: 169
   Bon, j'ai oublié un «l» à «footballistique» mon orthographe doit s'améliorer dans ce domaine!

*Chevallier

  • Rédacteur
  • Messages: 189
Je m'empresse d'ajouter mon grain de sel, aujourd'hui 30 avril 2018 10:30 avant que d'être à mon tour privé de MOTS  ;)

La remarque constatant l'incapacité du journal allemand Bild à trouver les mots appropriés  :( est très judicieuse et ce pour 2 raisons:

1°) Entre 2014 et 2018, ILS les ont déjà TOUS utilisés. ;D

2°) Ce quotidien, si l'on en croit son nom, s'intéresse essentiellement aux images: il faut dire que les 2 photos qui ont été retenues comme couvertures par le comité de rédaction sont infiniment plus parlantes que tous les mots à leur disposition. Je pense même que la mention OHNE WORTE est superfétatoire. L'indication des dates 2014-2018 est suffisante (à condition de ne pas oublier l'indication du millésime)

C'est là que ce choix éditorial rejoint assez bien celui de Félix Mendelssohn qui, loin de ne plus trouver de mots, avait fait le CHOIX de ne pas les utiliser pour ses «Romances sans paroles». Il considérait la musique comme une «langue plus précise que les paroles et les lettres» (Christa Jost. Mendelssohn Lieder ohne worte, Op. cit, p.16) «il allait même jusqu'à avancer l'idée que les mots ne mènent à rien, excepté à la confusion et à la mauvaise compréhension» (Aurélia Pala et Philippe Suter Université de Lausanne)

 

*aCOSwt

  • Administrateur
  • Messages: 391
    • Métaphysique de puissance
Je pense même que la mention OHNE WORTE est superfétatoire.
Oui! Absolument! J'aurais même été jusqu'à dire absurde!
Peut-être faut-il y lire un sarcasme, une sorte d'humour noir à l'allemande. Mais je ne suis pas connaisseur de leur second degré.

Et oui! J'avais blagué relativement à cet aveu d'indigence... Et oui encore, comme pour Mendelssohn il s'agit évidemment d'un choix... mais... quoique... ?

il allait même jusqu'à avancer l'idée que les mots ne mènent à rien, excepté à la confusion et à la mauvaise compréhension»

...quoique disais-je, je me demande si cette idée d'incompatibilité, de confusion, d'in-compréhension n'est pas spécifiquement, voire exclusivement allemande.
De fait on la retrouve aussi exprimée chez Nietzsche qui affirme impossible pour l'auditeur de saisir les deux (musique et parole) dans le même temps. De com-prendre donc effectivement. Quant à composer les deux dans le même temps... il tient cela comme relevant carrément du prodige.

Et, dans le même temps, je ne trouve aucun Français, Russe et encore moins d'Italien affirmant la même chose.

Peut-être est-ce une question de fierté d'avoir une langue avec laquelle on peut tout dire et une musique avec laquelle... on a tout dit.
Mais je me demande s'il n'y aurait pas aussi une question d'accent tonique.
Cet accent est très marqué en allemand, parfois double dans un même mot et suivant des règles assez strictes.
Alors qu'il est devenu quasi inexistant en français et, qu'en russe ou en italien... on le met... où on veut! Ça doit aider quand même un peu...

Bon... j'ai dit cela, je n'ai rien dit, si un de nos chasseurs d'outre-Rhin (car nous en avons) veut bien retrouver son vocabulaire et contribuer ici, il sera plus que bienvenu. :-*
Non sunt multiplicanda entia sine necessitate!